mercredi 28 mars 2012

Mais Kestumdis !

Dans Paroles d'enfants, on s'amuse de divers situations cocasses provoquées par des petits bouts de choux dès qu'ils savent aligner deux mots.
La magie de la communication oral, soigne bien des frustrations accumulées avec nos chers bambins, du temps où on ne savaient pas les comprendre.
Et si je vous disais que pourtant, avant même qu'il ne prononce son premier mot, avant même qu'il ne marche à 4 pattes, vous pouvez communiquer avec votre enfant de façon très clair.

Si, si, c'est vrai !

Voici Nathalie :

Fille aînée d’une fratrie de 4 enfants, elle a grandi dans les alpes de haute Provence.
Depuis toute petite, elle baigne dans le milieu de l’animation car elle a fait partie des guides de France, de jeannette (7ans) à cheftaine (19ans).
Rêvant de faire médecine, après avoir tenté deux fois le concours d’entrée, elle a finalement choisi les études d'infirmière, qu'elle a brillamment réussi.
Puis, mariage, achat d’une maison... deux enfants (4ans ½ et 3 mois ½) : une vie agréable en famille à Toulouse.
Après 6 ans en tant qu'infirmière dans un service de chirurgie vasculaire, elle décide qu'il est temps d'évoluer vers autre chose, tout en restant au service des autres.
Son idée, part de son expérience personnelle : apprendre aux autres à communiquer et échanger avec leurs bébés.

Voyons avec elle...

Nathalie, ton univers s’inspire de quoi, de qui, d’où…?

Mes années de guide m’ont donné des bases pour la réalisation de mes animations : bricolage, travail manuel, chants…
Et puis mes enfants… qui me transportent dans leur univers. Je me mets à leur niveau et
en même temps je respecte infiniment leur monde. Je suis très curieuse et cherche toujours à enrichir mes ressources…Je cours donc les vide greniers, les librairies, les bibliothèques toujours en quête de la bonne peluche, livre, musique qui me fera aborder un type de vocabulaire ou un thème particulier.

Comment et pourquoi ton entreprise ? Comment t’es venu cette idée
d’atelier de communication avec bébé ?

Pendant ma grossesse et mon congé parental, j’étais à l’affut de toutes les informations
relatives au devenir parent et très curieuse de ce nouveau monde qui s'ouvrait à moi, je me
suis ainsi beaucoup documentée.

Je voulais accompagner mon enfant dans sa découverte de la vie et surtout dans un climat
de respect et d’écoute. Mon souci majeur était de me mettre à sa portée et le considérer
avant toute chose comme un être à part entière.

J’ai lu de nombreux ouvrages et notamment un livre
« Planète maternage » qui présente différentes approches alternatives contribuant au lien parent-enfant. C’est là que j’ai
découvert la possibilité pour l’enfant de s’exprimer par les signes avant de savoir parler.
J’ai pu mettre en application cet outil de communication, ma fille avait alors 8 mois et nous avons vécu de grands moments de partage... Quelle émotion pour moi, de voir que l’on pouvait se raconter des choses, communiquer tout simplement sur des petits événements que nous vivions toutes les deux, un véritable échange. Quel bonheur, de voir la satisfaction de ma fille, un sourire jusqu’aux oreilles, de se voir comprise. Cette complicité, j’ai voulu en faire profiter les autres parents et c’est pour cela que j’ai décidé de me réorienter professionnellement.

En décembre 2009, j’ai fondé KESTUMDIS dans le but de faire connaître cet outil de communication et de contribuer à son développement en France. J’ai suivi en 2010 une formation en Langue des Signes Française chez ASP-IRIS à Colomiers ; et en 2011, j’ai suivi une formation de formateur dispensée par le CAFOC de Toulouse. Je possède également le BAFA (Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur).

Le principe de la langue des signes pour les bébés :

Vers 7 mois, les enfants entrent dans une phase de leur développement qui s’appelle la
phase du pointage. C’est une des premières phases de communication car par son index
pointé, le petit entre en communication avec la personne présente : « regarde ce magnifique
tableau ! », ou « t’as vu mon biberon là bas ? j’ai soif ! ». Il est alors en pleine phase
d’imitation et c’est là que le « non » en agitant l’index, ou le « au revoir » apparaissent.
Pour le « au revoir », l’enfant a fait le lien entre la situation (le départ), le son qu’il entend (au
revoir) et le signe qu’il voit (agiter la main).
Le principe des signes avec les bébés est aussi simple que cela, mettre un signe en
illustration d’un mot. Le bébé fera ensuite le lien entre la situation, le mot entendu et le signe
vu.
On ne signe que les mots du quotidien, rien ne sert de tout « traduire ». Les signes utilisés
sont ceux de la Langue des Signes Française. Mais il ne s’agit pas d’apprendre cette langue car on n’utilise que des mots de vocabulaire sans syntaxe ni grammaire.
Pour une phrase simple comme je veux manger un gâteau au chocolat, on ne fera que les signes de « manger », « gâteau » et « chocolat ».
On ne force pas un enfant à faire un signe. C’est son observation et son sens de l’imitation qui lui feront le reproduire… ou pas ! Chaque enfant est différent et pourra utiliser ou pas cet outil de communication, le faire à partir de 10 mois comme à 16, utiliser 3 signes ou 30…
C’est le parent qui a le challenge à chaque fois qu’il prononce le mot de faire le signe associé. C’est donc une question d’endurance et de persévérance.
Le but de l’utilisation de cet outil de communication est de permettre à l’enfant de se faire comprendre avant le stade du langage. Ceci a pour effet immédiat de réduire la frustration de vouloir communiquer mais de ne pas pouvoir utiliser la parole. La dextérité des mains étant déjà présente autant en profiter !

Parle nous de cette entreprise, son nom, son fonctionnement, tes services, ou
peut on les trouver?

KESTUMDIS ? C’est souvent ce que ce dit un parent face à son enfant qui essaye de se
faire comprendre par des mimiques, un doigt pointé dans une direction, et parfois des pleurs,
voir même des colères. Et on se sent désarmé face à ce message incompréhensible ! Alors
le nom mais qu’est ce que tu veux ? mais KESTUMDIS ??? coulait de source !
Après deux années d’accompagnement en couveuse par le biais d’un CAPE et une courte
pause bébé, je reprends mon activité avec la création d’une entreprise individuelle en février
2012. Kestumdis est accrédité organisme de formation.

A qui t’adresses tu ? particuliers ? collectivité ?

Les deux. Je propose des ateliers familiaux pour les premiers et des formations professionnelles (éligibles au dif) pour les deuxièmes.

Depuis mon installation, j’ai accompagné une soixantaine de famille et l’été dernier, j’ai formé
un premier groupe d’assistantes maternelles. Je viens de faire un devis pour la formation de
l’équipe d’une crèche, j’espère que cela se conclura et pourra se rajouter à mon expérience.
Souhaitant rester en lien avec le domaine médical, j’ai aussi accompagné un enfant de 7 ans présentant des troubles autistiques dans la mise en place des signes. C’était une demande la maman qui voulait essayer un nouveau canal de communication. Une chance pour eux a été l’arrivée dans l’équipe de l’IME d’une personne appliquant la méthode du Makaton. Nous avons donc avancé en parallèle pendant 5 mois au rythme d’une séance par semaine. A l’heure actuelle, l’emploi du temps de la famille ne permet plus nos rendez-vous, mais nous restons en contact pour le recommencer dés que possible.

Enfin, j’ai suivi une kinésithérapeute pédiatrique qui a voulu intégrer la pratique de la langue
des signes pour bébé à ses soins. Elle suivait en effet une petite fille qui bénéficiait d’une prise en charge par le CAMSP de Toulouse qui utilise cet outil de communication lors des consultations.

Dans le futur, mon projet est de valoriser ma formation d’infirmière et de mon expérience dans ce domaine pour développer cet outil de communication en secteur hospitalier et le proposer au personnel soignant afin de faciliter les échanges avec les patients ayant un obstacle à la parole.  
En effet dans le cas de chirurgies, du lifting à la reconstruction post-cancer de la mâchoire, il y a quelques heures ou quelques jours où la parole est très difficile. Les mains sont en général toujours disponibles pour communiquer. Alors pourquoi ne pas en profiter plutôt que de se servir d’une ardoise, d’une feuille de papier pour écrire ses desiderata, ses ressentis.

Un autre moyen de communication, précoce très en vogue est l’haptonomie, pourrais tu dire que ce sont deux choses différentes, qui peuvent se compléter ?

L’haptonomie permet de conscientiser l’enfant dés sa vie utérine. C’est une communication
(basée sur le toucher) entre le monde intérieur et le monde extérieur.

Les signes avec les bébés sont aussi axés sur la communication mais entre l’enfant et l’adulte. C’est permettre à l’enfant privé de paroles de s’exprimer et se faire comprendre avant de savoir parler. Il pourra du coup faire connaître son monde : ses besoins, ses envies et ses émotions.

Ma fille à déjà 2 ans et commence à parler, est ce trop tard pour instaurer quelques signes?

Il n’est jamais trop tard pour commencer !!!
Si l’enfant utilise déjà les mots, les signes seront un jeu, comme lorsqu’on fait des comptines
gestuelles.
Il ne faut pas oublier, l’objectif premier : se faire comprendre avant le stade du langage.
Alors pour ta fille qui a déjà 2 ans, elle commence sûrement à se faire bien comprendre par la parole on sera dans le ludique et plus trop dans « le nécessaire ».

Pour les plus septiques sur ta méthode, et éloigner toutes idées fausses… cetteméthode recule t-elle le développement de la parole ?

En premier lieu, je n’ai rien inventé, l’utilisation des signes de la langue des signes avec les bébés se fait depuis une trentaine d’années aux Etats–Unis.
Les équipes américaines ont un recul sur cette pratique et elles ont notamment étudié l’impact de l’utilisation de signes sur le développement du vocabulaire.
Or, ils ont fait des études comparatives sur le nombre de mots de vocabulaire acquis par les enfants de 24 mois et de 36 mois. A 24 mois, les enfants qui avaient fait de la LSF pour les bébés avaient le même nombre de mots de vocabulaire que des enfants de 28 mois et que les enfants de 36 mois construisaient des phrases complexes comme des enfants de 47 mois.
Il est avéré que les bébés qui utilisent les signes ont également un vocabulaire plus recherché ; comme si les signes avaient développé un sens de la curiosité vis-à-vis des mots.
Tout ceci ne veut pas dire que si le parent utilise les signes il va en faire un « super bébé », mais bien que au lieu de freiner l’apparition du lange, cela l’épanouit. Il faut rappeler que le signe n’est jamais isolé, il est toujours fait en même temps que le mot clef.
A titre de comparaison et pour faciliter la compréhension et lever les derniers doutes, on peut comparer l’apprentissage du langage oral avec la marche.
La plupart des enfants pour passer de la station allongée à la station debout passent par le stade du 4 pattes. Cette période permet l’enfant de tester ses appuis, son équilibre, d’appréhender les distances etc… Rien ne l’empêche un jour de se dresser et on ne croise jamais aujourd’hui des adultes continuant à se mouvoir à 4 pattes.
Les signes, c’est pareil. Dans son apprentissage, le bébé s’aide des signes. Cela lui permet de se faire comprendre, réduit sa frustration à faire passer des messages et être incompris, d’où réduction des pleurs et des colères. Il est valorisé et cela lui donne confiance en lui. Il est encouragé dans son apprentissage. Si bien qu’au fur et à mesure que la parole émerge, que les sons s’affinent, pour former des syllabes puis des mots, les signes disparaissent pour laisser la place belle à la langue orale pure.

Dans la mesure où on ne force pas un bébé à faire les signes, il n’y a pas de danger !
On propose… et il dispose !!!

Tes projets à court et moyens termes ?

Je viens d’éditer un imagier et j’espère qu’il va rencontrer le même succès que l’affiche que
je proposais déjà à la vente.

 


Tes projets à long termes ?

Développer d’autres supports pédagogiques.
Et pour le reste, continuer sur ma lancée : mes ateliers familiaux, mes formations pro en individuel et en collectivité.

Tout ceci avec un seul but, faire connaitre (enfin) du grand public ce formidable outil de
communication au service des tout-petits.

Pour finir, si je n'ai pas le temps matériel, ou si j'habite trop loin pour venir assisté à tes ateliers, je peux déjà commencer en achetant ton imagier et/ ou ton affiche ?

Bien sur ! je les ai mis en place pour la continuité de mes ateliers mais aussi pour ceux qui ne peuvent y assister.
Un fois l'outil reçu chez vous, si vous avez une question ou un difficulté, il suffit de m'adresser un mail, et je m'efforcerai de vous répondre dans les meilleurs délais.


Pour ceux qui sont de Toulouse n'hésitez pas à lui rendre visite ce week-end au Salon Baby Toulouse
 
31 Mars et 1er Avril 2012  Espace d'exposition Diagora (Labège)

Heure d’ouverture : de 10h00 à 18h00
Tarifs :
Tarif avec bon de réduction à imprimer sur ce site et paiement sur salon (Payer 7 euros au lieu de 10 euros). Autres bons de réduction disponibles dans la presse parentale et chez les professionnels de santé
- Tarif avec pré-inscription en ligne : 6 euros
- 0 à 6 ans : GRATUIT
- 7 à 12 ans : 1 euros
- 13 ans et + : tarif adulte 
- Grands-parents : GRATUIT


samedi 17 mars 2012

La chemise de mère-grand n'est plus...

"Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu’on eût su voir ; sa mère en était folle, et sa mère-grand plus folle encore. Cette bonne femme lui fit faire un petit chaperon rouge, qui lui seyait si bien, que partout on l’appelait le Petit Chaperon rouge. "

 blablablabla... nous connaissont tous l'histoire bien sur !


Mais dans tout ça, qu'est devenue la chemise de nuit de mère-grand ?

ANGELIZON vous livre le secret de la deuxième vie de la chemise de nuit de mère-grand :

Une parure de lit de poupée !


Pour le plus grand bonheur d'une autre très jolie petite fille !!!



jeudi 15 mars 2012

Les goûts et les couleurs ...

Voici un article, qui sera je pense le premier d'une longue série dans le même style.
Tout le monde connait le fameux dicton :
J'ajouterai : " surtout en matière de goût et d'esthétique".

Pourtant il y a un autre proverbe qui, face à ce premier, peut créer l'anarchie :

Quand on connait la spontanéité et le manque réel d'inhibition des enfants on peut donc convenir qu'ils provoquent parfois des situations, cocasses, douteuses, voir carrément embarrassantes.


Nous voilà donc au cœur du sujet de cette nouvelle rubrique intitulée "Paroles d'enfants".


Je vais vous raconter une histoire lointaine mais non moins vivace dans mon esprit.
Une histoire dont je ris volontiers aujourd'hui, mais qui sur le coup, l'espace d'un instant, avait sérieusement remis en question mes goûts vestimentaires.


Il y a quelques années pour ne pas dire une quinzaine, j'étais une fan du retour à la mode 60/70... Le coté  "hippy chic" et "disco flower"...


Je pouvais me permettre les jupes et robes très courtes et colorés. Et cet été là, naturellement, j'avais craqué sur une robe Kookaï avec un imprimé à fleurs très voyant dans ce style...


Toute fière de ma nouvelle tenue, je me rendais alors à un déjeuner chez une copine.
Copine qui avait à cette époque une fille d'environ 7 ans.
A peine arrivée, après la bise, le bonjour et le "assieds toi je t'en prie", la charmante petite fille s'approche de sa maman et s'exclame :


"Maman ! regarde sa robe ! On dirait les rideaux de la caravane à tonton !





Et voilà ! Vous riez vous aussi, autant que moi de cette "vérité qui sort de la bouche des enfants" ?
 


Il est évident qu'à l'époque je n'avais pas pris la chose avec autant d'humour, et je devais probablement faire à peu près cette tête.




Mais au final comme dirait Gad' : "C'est mignon !"



Si vous aussi vous avez souvenir de mots d'enfants et de situations cocasses, en rapport à une tenue vestimentaire ou un look, n'hésitez pas à m'envoyer votre histoire, je me ferais un plaisir d'écrire et illustrer votre anecdote.


En attendant vous pouvez aussi commenter cette robe et mes goûts vestimentaires... je suis sure que vous en mourrez d'envie, allez y, faites vous plaisir...


mardi 13 mars 2012

Catalogue "Maman attend bébé" !

Je partage avec vous la dernière édition Web-Mag
Les créatrices.fr


Pour les futurs mamans ou leurs entourages :
 cliquez, feuilletez, et faites vous plaisir !



lundi 5 mars 2012

Tshirt Sonia Rykiel de maman deviendra...

 Le concept ANGELIZON "mes vêtements racontent des histoires",  fait des adeptes.



Une jeune maman, a passé commande.

Dans son armoire, elle a retrouvé deux t-shirts Sonia Rykiel.



Vous connaissez cette rayure colorée devenue mythique ? ( Sonia Rykiel)
Le style a même été revisité depuis quelques saisons part une autre grande marque de prêt à porter (Little Marcel)






ANGELIZON, a réalisé un T-shirt et une robe en Taille 3 ans.